Komiza, Île de Vis, Croatie

Publié le par Francine Lemay

On est en terrain inconnu ce matin, ne connaissant pas du tout cette région de Croatie. On est déjà venu à Split et Dubrovnik mais jamais dans les îles de la côte. Ce sont de touts petits villages de pêcheurs pour la majorité. Nous avions une réservation pour visiter la ville à pied mais faute clients intéressés, on a annulé notre excursion. Pour la remplacer on a choisi d’aller visiter une caverne aux eaux bleues.

 

 

Pour cette excursion, on prendra un petit bateau pour nous rendre à l’île de Bizevo, et de là une minuscule barque pour pénétrer dans la grotte. Qu’elle ne fut pas notre surprise quand on vit arriver sur le quai notre dame d’hier soir qui, elle aussi veut aller visiter la grotte. 

Je sais pas comment elle va faire pour monter à bord du petit bateau!…..on verra bien!

 

Le navire est à l’ancre, on doit donc utiliser une navette pour nous rendre à Komiza….tout le monde est à bord quand arrive notre fameuse dame……les officiers déploient toutes leurs capacités pour lui permettre de monter à bord….mais ce n’est pas suffisant!…deux hommes costauds déjà à bord viennent prêter mains fortes…et on réussit à installer la dame sur le premier banc…..comment fera-t-on au quai à Komiza?……

 

La balade ne dure que 15 minutes et on arrive au quai de Komiza. On nous demande de quitter la navette en premier afin d’être plus à l’aise pour aider la dame à sortir….quel spectacle!….un officier qui la tire, l’autre qui la pousse…...ce n’est pas suffisant! Nos deux gentlemen de tantôt s’impliquent eux aussi et on réussit à l’extirper de la navette…..

 

 

On doit maintenant attendre sur le quai qu’un plus petit bateau vienne nous chercher pour nous amener à la grotte. On sépare le groupe en deux et on espère que la dame ne sera pas du nôtre….

Pas de chance, nous sommes du premier groupe et la dame aussi….

 

On recommence le manège encore une fois!…..il a même fallu qu’on demande à un couple corpulent de quitter la barque pour laisser la place à un autre couple moins lourd!…..enfin on est arrivé à l’île….le capitaine suggère alors que la dame attende dans la barque avec lui, que le plus petit bateau soit prêt à nous amener à la grotte. On diminuera ainsi les efforts de tout le monde!….

 

 

15 minutes plus tard la minuscule chaloupe arrive…….on effectue alors un transbordement d’un bateau à l’autre…..à la place de la dame j’aurais voulu rentrer sous terre….mais non, elle s’amuse follement de la situation et est très à l’aise!….incroyable!

 

On est prêt pour la grotte…. On nous explique que la lumière bleue à l’intérieur provient d’une fissure du sol par laquelle s’infiltre la lumière du jour…..c’est un phénomène très inusité!….on approche de l’orifice d’entrée…..mais c’est minuscule!….le capitaine attend que la vague diminue et avant de mettre les gaz, il nous demande de nous plier en deux afin de passer par l’ouverture étroite! Je m’assoie plutôt dans le fond de la chaloupe et hop! On passe l’orifice!

 

On se retrouve en pleine noirceur….on n’y voit rien…sauf au loin,  des eaux d’un bleu azur extraordinaire! Le capitaine a fermé son moteur et il nous déplace à l’aide d’une gaffe qu’il accroche sur la paroi du rocher….on a l’impression d’être dans un autre monde! L’expérience est vraiment particulière!

 

 

La grotte n’est pas très grande et on se retrouve à quatre barques à l’intérieur en même temps!….ces marins sont très habiles et expérimentés et en aucun moment les bateaux ne se touchent….

 

 

C’est maintenant le temps de sortir de la caverne…..il faut encore s’accroupir au fond de la chaloupe et quand la vague est propice, le capitaine met plein gaz et on sort de là comme un bouchon de champagne! Wow!…on a réussi et on est intact avec tous nos morceaux! Expérience inoubliable!

 

 

Au retour, notre capitaine fait un petit détour pour nous montrer l’endroit où autrefois on récoltait et entreposait l’eau de pluie filtrée par la roche calcaire. Il était très fier d’ajouter que le petit village est autosuffisant. On utilise des panneaux solaires installés sur la montagne et un système plus moderne d’aqueduc avec d’immenses réservoirs d’eau de pluie filtrée. Très ingénieux ces Croatiens!….

 

La petite baie d’eau cristalline était très tentante pour une baignade….deux des passagères avaient leur maillot de bain et demandèrent au capitaine l’autorisation d’aller à l’eau. Il répondit par l’affirmative ajoutant qu’il n’avait pas un horaire chargé…..alors voilà nos dames à l’eau, suivies par leurs maris et par une troisième dame qui a dû enfiler son maillot sous la couverture d’une grande serviette de bain! ……l’eau est froide mais tellement limpide que l’expérience est divine….paraît-il…je ne l’ai pas vérifié!

 

 

De retour à Komiza, on entreprend de marcher jusqu’au centre du petit village pour essayer de trouver un café internet. La serveuse n’a pas l’air de comprendre ce qu’on lui demande…on veut un café et leur mot de passe pour l’Internet….et elle nous propose de choisir la table qui nous convient et qu’il n’y a pas de problème pour l’Internet. Je comprends quelques minutes plus tard…..l’Internet est gratuit et accessible partout dans le village……

 

 

Bien installés, on vide notre boîte à messages…..mais c’est tout ce qu’on peut faire. Le service n’est pas assez puissant pour envoyer nos blogues avec photos…..

 

De retour sur le bateau on passe un excellent après-midi de farniente sous un soleil magnifique. A l’heure du souper on monte sur le cinquième pont pour nous joindre à l’apéro offert par le capitaine. On y rencontre un couple charmant avec lequel on jase plus d’une heure……

 

On se rend en vitesse à la salle à manger pour y déguster un autre souper somptueux avant d’aller nous installer au lounge principal pour le spectacle offert par les membres d’équipage. Ils y mettent tout leur cœur et beaucoup de temps….on a apprécié leur engagement et leurs danses folkloriques…..

 

On ne se fait pas prier pour regagner notre cabine et aller au lit….demain sera notre dernière journée de croisière!



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article