Manaus

Publié le par Francine Lemay

Correction à faire avant d'aller plus loin........La ville de Manaus n'est pas située sur l'Amazone mais sur le Rio Negro......on aurait dû s'en rendre compte ce matin lorsque notre navire a quitté les eaux brunes de l'Amazone pour s'engager sur les eaux noires du Rio Negro......mais on dormait encore et on n'a rien vu!.....

La ville de Manaus est très industrielle et s'étend sur une grande distance. À ses débuts, sa prospérité était basée sur sa production de caoutchouc (arbre à latex). Aujourd'hui, à cause de l'abondance de la main d'œuvre bon marché et de sa nomination comme zone hors taxe, elle est devenue une spécialiste de la fabrication de produits technologiques.....et son port est super achalandé!..... La population est passée de 200,000 habitants en 1960, à 900,000 en 1980 et finalement à 1.5 million en 2002. Aujourd'hui elle dépasse deux millions d'habitants. Son parc industriel accueille plus de 600 compagnies internationales. Par contre, il n'y a qu'une seule route qui sort de la ville, elle enjambe le Rio Negro avec un pont ultra moderne de trois km et demi et elle mène uniquement vers le Vénézuela. Si vous voulez aller ailleurs, vous devez prendre un traversier, un cargo ou toute autre embarcation, ou bien l'avion. Le fleuve est le principal moyen de transport ici. Vous y voyez circuler toutes sortes de bateaux.....d'immenses barges poussées par un remorqueur......des barges plates livrant des conteneurs......des traversiers amenant voitures et passagers.....des cargos de toutes dimensions.....et à l'entrée du port, on peut voir plusieurs stations d'essence flottantes où les bateaux arrêtent pour faire le plein comme on fait aux stations d'essence terrestres. Ici il n'y a pas d'heure de pointe sur la route mais un véritable embouteillage sur l'eau aux approches du port!.....

Notre excursion ce matin nous amène à la rencontre des deux rivières. Dans un petit bateau, nous redescendons à vive allure le Rio Negro jusqu'à l'endroit où il se jette dans l'Amazone. Nous n'en croyons pas nos yeux!.....l'Amazone et ses eaux brunes et le Rio Negro aux eaux noires se rejoignent mais ne se mêlent pas.....La démarcation est très visible et se prolonge sur plusieurs kilomètres avant de finalement s'estomper. La raison en est simple: l'Amazone prend sa source dans les Andes au Pérou à une altitude très élevée et descend rapidement vers le Brésil, le Rio Negro lui, prend sa source en Colombie à une altitude moindre et coule plus lentement.....l'Amazone à cause de sa dénivellation importante prend de la puissance et ramasse sur passage beaucoup d'alluvions qui colorent en brun ses eaux......le Rio Negro lui est plus calme et moins puissant.....une autre raison pour expliquer leur cheminement parallèle sans mélange sur une grande distance c'est leur différence de température et de pH......L'Amazone est plus froid d'environ quatre à cinq degrés Celsius par rapport au Rio Negro.....et le Rio Negro est très acide, pH aux environs de 3.......c'est ce qui explique cet étrange phénomène!......

Nous revenons sur nos pas pour nous rendre cette fois-ci dans un village de pêcheurs, dans la communauté de Cataláo, chez les Ribeirinhos. Leurs maisons sont construites sur un genre de radeau de bois qui monte à la crue des eaux en saison des pluies et redescend lors de la  saison sèche. La dénivellation des eaux ici est très grande entre la période sèche et pluvieuse. On trouve dans ces eaux de la jungle des poissons immenses, les Pirarucu!......pour séduire les touristes on a aménagé des étangs remplis de ces géants qu'on peut admirer de très près.....et le summum de l'expérience.....s'amuser à attraper des mastodontes de plus de cinquante livres avec des lignes à pêche appâtées avec un petit poisson entier mais sans aucun hameçon.....le géant sort de l'eau et ne fait qu'une bouchée de cet amuse-gueule!.....impressionnant!....

On repart de nouveau ( toujours en bateau), cette fois-ci pour la jungle.....on nous amène au lac Janauari dans un écho-centre où une passerelle est aménagée en hauteur pour nous permettre de marcher dans la jungle et être à l'abri de la crue des eaux. Aujourd'hui nous sommes à près de dix pieds au-dessus du sol mais notre guide nous confirme qu'à la fin de la saison des pluies, l'eau monte jusqu'à la passerelle......c'est pourquoi on vit ici dans des maisons sur pilotis!......À quelques reprises au cours de notre marche, de petits singes-écureuils nous rendent visite. Ils sont curieux et très mignons!.....Au bout du sentier de bois se trouve un étang rempli de nénuphars géants. Leurs feuilles font près de cinq pieds de diamètre et leur fleur qui passe du blanc au rose bourgogne, ne vit que trois jours!......c'est une plante qu'on ne retrouve que dans un climat tropical comme celui-ci. 

Notre marche nous a affamés......un buffet copieux nous attend au restaurant/flottant de l'éco-centre et on ne se fait pas prier!.....

Vient ensuite une longue balade de plus d'une heure trente sur le Rio Negro. Notre destination sera.........une visite aux Indigènes d'Amazonie. Il ne reste que quelques représentants de ces tribus aujourd'hui ( un peu moins d'une centaine) mais ils ont conservé leur façon de vivre et leurs coutumes. Nous sommes accueillis sous un chapiteau immense muni d'un toit de feuilles de palmier et un sol en terre battue, par une trentaine d'indigènes vêtus uniquement d'un pagne de feuilles pour les hommes et de jupes de paille pour les femmes. Le malaise des touristes devant cette quasi-nudité est visible mais les indigènes eux se comportent comme des hôtes très civilisés et sont très contents de recevoir des visiteurs. Le grand chef nous raconte brièvement l'histoire de leur tribu et tous les membres ensuite nous offrent un spectacle de chants et de danses avec des flûtes assez rudimentaires. Pour terminer, chaque danseur ou danseuse vient chercher un membre de l'audience et ils nous font participer à leur danse de clôture!.....c'était assez particulier!......

Dernier arrêt aujourd'hui, une baignade avec les dauphins roses. Il existe dans cette région une sorte de dauphins qui en vieillissant se décolorent et deviennent roses. Il y a quelques années on a attiré ces dauphins en leur offrant du poisson et maintenant ils sont habitués aux humains et adorent se faire nourrir ainsi. Sur une grande plate-forme immergée on propose aux touristes de descendre à l'eau et on attire les dauphins avec de petits poissons......immédiatement ils arrivent et se faufilent entre nous pour attraper les poissons. On peut toucher, flatter ces belles bêtes qui sont très douces et amicales.....mais quand même assez imposantes!.....Lorsque la quantité de poissons est épuisée ( elle est limitée pour éviter de modifier la façon de se nourrir de ces dauphins sauvages) les dauphins disparaissent.......et nous sortons de l'eau nous aussi!....quelle expérience!.....inoubliable!.......

Le retour en ville nous a paru moins long....peut-être parce que nous n'étions plus à contre-courant.....ou bien on était encore dans les nuages après avoir vécu toutes ces expériences!...
Après avoir pris un excellent souper, notre soirée fut de courte durée.....notre lit était plus qu'invitant.........

Pour notre 2e journée de visite à Manaus, notre guide Hermann nous attend pour nous piloter à travers l'immense marché municipal. Nous y voyons un étalage sans fin d'une multitude de poissons (il y aurait plus de 75 différentes sortes uniquement dans l'Amazone), des fruits exotiques et inconnus (guarana, acai.....) et des produits de l'arbre à pain.....manioc, tapioca....
Il y a foule au marché ce matin et il nous est difficile de suivre notre guide dans les dédales de ses étalages.......Si vous trouvez que votre supermarché est très occupé un vendredi soir venez donc faire un tour ici.....vous allez vous trouvez très privilégié ensuite!......

Le clou de notre sortie ce matin: une visite à la magnifique maison de l'opéra. Sa construction fut terminée en 1898 en plein dans le boum financier de l'époque du caoutchouc. L'endroit est incroyablement faste et représente très adéquatement l'extravagance de ces années folles. La salle de spectacle a quatre étages de hauteur avec uniquement des loges à tous les étages. Dans la grande salle en bas, on a disposé sous les chaises ( ce ne sont pas des bancs mais des chaises individuelles toutes recouvertes de tissu de velours) des ouvertures, où on insère des seaux de glace pour rafraîchir les spectateurs.....l'ancêtre de l'air climatisé!......notre guide nous raconte que les gens riches et snobs du temps envoyaient faire blanchir leurs chemises par bateau en Angleterre parce qu'ils répugnaient à les faire laver dans les eaux brunes de l'Amazone.....Un lustre immense au plafond du 4e étage possède un système de poulies permettant de le descendre pour allumer et éteindre les bougies et de le remonter ensuite. Ce bel édifice est remarquablement bien conservé mais une odeur d'humidité et de renfermé y est omniprésente......On ne peut pas oublier que nous sommes toujours dans la jungle amazonienne!......

C'est ici que se termine notre visite extraordinaire de la capitale de l'Amazonie, une ville riche d'histoire et d'exemples de créativité humaine......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Toujours captivant<br /> MERCI!
Répondre